• LA CABRETTE DU PONT DES CARMES , UNE AVENTURE DE JIMMY LE PARA ET D'UNE MINI-JUPE

        Ce matin là , Jimmy a beaucoup de mal a sortir du lit , Ninette le rattrape a chaque fois qu'il essaye de se lever , la gourmande ne veut pas lâcher son beau mâle . C'est vrai qu'il est tôt , le soleil , peine a éclairer le Génie , la haut sur sa colonne . Les "poubelleux" commencent a ramasser les ordures dans la rue du Faubourg St Antoine . Paris s'éveille et le beau para doit être avant midi dans un bled paumé de province .
        Mais aujourd'hui c'est un mission partagée avec la belle Mélanie , devenue une grande copine de sa Ninette . Comme d'habitude , il a du mal a rentrer dans la petite Austin et comme d'habitude Mélanie lui roule un patin . Il a beau essayer de lui échapper , rien a faire , elle ne sait pas l'embrasser autrement ....... sauf si Ninette est présente .
        Elle lui rappelle parfois que dans l'affaire du château de Vallempré , ils avaient été amants . Alors....!
        Mélanie a tout de suite adoptée la nouvelle mode qui fait fureur , la fameuse mini-jupe et dans la petite Austin il ne cache plus rien ce bout de tissus . Les cuisses de Mélanie seraient capables de mettre le feu dans un monastère . Et Jimmy n'a rien d'un moine , et puis il évite de rendre Ninette jalouse ........ alors il regarde ailleurs .
        Le démarrage de la mini , dans la fraîcheur du petit matin , sous le coup d'accélérateur de la belle , raisonne rageusement entre les immeubles du Richard Le Noir . Il faut dire que la Mélanie a vampé les mécanos du garage de la Préfecture de Police  qui ont fait de son moteur un monstre , qui te fiche un coup de pied au cul a chaque accélération . Je ne sais comment elle s'y est prise mais elle a réussit a garer sa boite de conserve , chez les flics .
        Le petit bolide s'est extrait de la circulation parisienne rapidement non sans avoir déclencher un concert de sifflet a roulette des pauvres flics , ahuris des excès du petit monstre .
        Dans un léger ralentissement , deux motards les rattrapent , la reconnaissent , la saluent , mais lui demande  de mettre la pédale douce . Vers midi ils s'arrêtent devant un restaurant de routiers ....mais laissons parler Jimmy .........
       
        Dire que notre entrée n'est pas remarquée ....... serait faux. Un concert de sifflement accueille les cuisses de Mélanie , j'apprécie pas .....
    - bon les gars ça va comme ça ......
    Un grand baraqué se lève , viens vers nous ......
    - hé p'tit tu cherche la bagarre , j'vais te faire voir qui commande ici ..... l'oeil mauvais en se dirigeant vers moi !
        Ni lui , ni moi , n' ont eu le temps de faire quoi que ce soit . Il s'est retrouvé le nez sur le carrelage , un bras tordu et Mélanie un genoux sur son échine ....... Il y a eu un grand silence ... dont j'ai profité pour dire ....
    - et ça , ce n'est qu'une peccadille , nous sommes capables de faire mieux .....
        Le rire de Mélanie éclate et fige les gros bras , elle a relâché sa proie qui reprend sa place , en frottant son épaule douloureuse....tête basse . Personne ne bouge et la patronne prend Mélanie par les épaules et dit a la cantonade , avec un grand sourire ......
    - vous voyez les julots , les couilles ça sert pas toujours ....et ajoute ....venez ma belle j'm'en vais vous préparer la plus belle table pour vous et votre mari ..... non équipier , seulement équipier , réplique Mélanie en passant sa petite langue sur mes lèvres .
        Les julots en question sont a la limite de l'apoplexie et je sens que plus d'un , voudrait être a ma place . Ces durs sont en réalité des tendres , simplement des hommes qui font un travail difficile , des hommes d'un grand courage , la route n'est pas un travail de mauviettes , et je les respecte .
    Aucun , en partant vers son bahut ( camion) , n'oublie de venir saluer Mélanie .
        Je crois qu'on parlera longtemps sur les nationales qui montent vers l'est de la terreur en mini-jupe .
       
         Mais au fur et a mesure que nous avançons vers le but de notre voyage , je sens que la belle Mélanie appui moins fort sur l'accélérateur un brouillard léger s'effiloche autour des buissons et des roches rendant le paysage fantasmagorique et inquiétant .
        Un dernier coup d'accélérateur pour vider les cylindres , comme lui ont conseillé les mécanos de la P.P et Mélanie coupe le contact dans la cour de l'Auberge .
        Une serveuse renfrognée prend nos valises et sans un mot nous amène a notre chambre . Notre patron nous a annoncé , alibi voulu , comme un couple de jeunes mariés et de ce fait n'a retenu qu'une chambre . Il va falloir que je réfrène les ardeurs de mon équipière . Mais c'est l'alibi absolu a dit Gérard , mon patron , vous devrez vous comporter comme des jeunes mariés ..... Mélanie en passant , sa petite langue sur ses lèvres , a déclenché l'hilarité de mon boss .
        La patronne de l'Auberge de la Cascade, il n'y a pas de patron pour le moment , nous salue et sourit gentiment , heureuse d'accueillir des jeunes mariés . Les femmes , j'ai remarqué , sont toujours sensibles a la "qualité" de jeunes mariés ...... souvenirs émus de la nuit de noces ....peut-être !
        Demain nous commencerons notre enquête , pour le moment c'est bonne chère et champagne offert par la patronne . Dans la chambre , Mélanie rit comme un petite folle car je vais être obligé de coucher dans le même lit ,pour rendre plausible notre état matrimonial . Mais sur mon insistance elle a mis un pyjama et même .......a la russe pour m'éviter la tentation de ses seins .
        Mais je n'évite pas ses lèvres chaudes.....pour me souhaiter une bonne nuit . Le lit étant large , j'évite le contact charnel en me recroquevillant au plus près du bord du matelas . Tiens elle a l'air de dormir....ouf , bonne nuit les petits !
        Vers 5 h du matin , je me réveille en sursaut , elle est couchée sur moi , elle est nue et réveille ma libido inconsciente par une lente reptation dont elle a le secret . J'essaie de me dégager mais j'ai droit a tous ses artifices amoureux , auxquels , je n'arrive plus a résister ....... c'est une diablesse Mélanie .... quand elle fait l'amour .
      
        Lever tôt , après un bon café , bien fort , tous les sens en éveil , nous commençons notre enquête . L'individu dont nous devons connaître le maximum sera  C1 soit cible 1 car il est possible que notre enquête nous fasses découvrir  d'autres cibles . Désigner un "client" comme une cible , c'est la manie de Mélanie qui n'a pas oublié qu'elle fût officier de l'armée Française ....dans un service de Renseignement .
        A midi nous avons déjà un idée du C1 et elle n'est pas bonne , les gens baissent la tête et ne répondent pas quand on leur demande qui habite cette grosse bâtisse qui ressemble plus a une prison qu'a une maison bourgeoise .
    Mélanie est experte en conversations , apparemment légères , qui sont en réalité de véritables interrogatoires
     . Pendant qu'elle babille avec les commerçantes du village , heureuses de l'intérêt que leur porte une jeune mariée parisienne , j'observe l'entrée de deux grosses berlines aux vitres teintées dans la cour de C1 .
        La patronne de l'Auberge nous a préparé des spécialités locales que nous arrosons d'un vin de la région d'une bonne année . J'ai l'impression qu'elle nous gâte mais Mélanie s'inquiète de ce que je consomme car elle a peur que je sois rétif a une séance amoureuse d'après repas.....la sieste des jeunes mariés . Je m'allonge sur le lit et je fais celui qui dort .
        La divine bourrique viens voir de plus près si je dort vraiment en me promenant son soutien-gorge sous mon nez . Mais je reste stoïque et force ma respiration a ne pas s'accélérer . Déçue , elle me miaule quelques reproches et s'allonge contre moi ....et s'endort .
        A son réveil , je lui explique qu'il faut trouver le moyen
    de savoir ce qui se passe dans le "bunker" de C1 .
    - il faut absolument voir la cour intérieure , car la boulangère m'a dit que parfois il faisait beaucoup de bruit dans cette cour ...... quand arrivent les grosses voitures .....
    - Mélanie tu as raison mais comment faire
    - il y a ce vieux pont en ruines , qu'ils appellent le Pont des Carmes .....
    - tu es folle , tu as vu dans quel état il est ce pont , ces pierres ne supporterons pas notre poids .....
    - ton poids peut-être pas mais le mien si ......

        Le lendemain , nouveau ballet de voitures noires , nous partons vers le pont d'où on doit dominer la cour . Mélanie a revêtu une tenue grise , un vrai rat d'hôtel . Quelques pierres tombent sous ses pieds mais elle arrive rapidement en haut . Elle grimpe comme un chèvre , une vraie "cabrette" . Bien appuyée , couchée sur une sorte de parapet , elle sort les jumelles et regarde la cour de la cible ...... soudain des coups de feu claquent et des impacts de balles dessinent un ballet mortel autour de Mélanie .....
         J'ai compris , elle dérange un trafic soit d'armes , soit de drogue  .......elle arrive a se protéger en se plaquant sous l'arche en complet déséquilibre .....mais elle ne pourra tenir longtemps ainsi ..... je fonce a la voiture , récupère la Mat 49 ( pistolet mitrailleur ) , rafale la serrure de la porte de la cour et surgis a l'angle de cette cour , accueillit par une rafale d'arme automatique .
        Mélanie est sauvée , ils ne tirent plus sur elle , elle peut redescendre et dans la minute , elle appelle notre patron et la chaîne d'intervention se met en place .
        Elle me rejoint , après avoir pris une autre arme dans son coffre . Pour C1 et ses sbires , ce qui les protégeait , va devenir un piège pour eux . Les fenêtres de cette grande baraque sont protégées des intrusions et de la curiosité par de solides grilles , qui , bien qu'ornementales , empêchent les occupants de sortir . La seule issue est cette grande porte que nous tenons .
        Des motards de la douane arrivent les premiers , le copain de notre patron , Ministre de l'Intérieur , a réagit lui aussi au quart de tour . Bientôt , gendarmes et d'autres forces de police encerclent le bâtiment .
       
        Notre mission est terminée . Mélanie me saute dessus pour , en public , m'en rouler un qui me laisse sans souffle .......
    - elle est toujours aussi expressive me demande le Préfet , qui vient d'arriver ......
    - toujours !

        En rentrant a l'auberge , son propriétaire est revenu , entre deux gendarmes , c'était un des chauffeurs des grosses voitures . La patronne semble heureuse d'en être débarrassée ....... j'ai pas l'impression qu'elle lui portera des oranges  !
        Monsieur le Préfet ne s'est pas fait prié pour accepter l'invitation de l'aubergiste a un repas en notre honneur d'autant que Mélanie a changé sa tenue grise contre une mini-jupe du plus bel effet sur ses cuisses splendides . Monsieur le Préfet est un fin connaisseur .
       
        C'était donc un trafic de drogue , dont le chef C1 était , Comte , député , Président du Conseil Général , directeur adjoint d'une grande banque et neveu d'un membre important du gouvernement . Un monsieur "Bien" somme toute ....
         
        Je n'ai pu empêcher  "La cabrette du pont des Carmes" d'entreprendre , cette nuit , un autre escalade !     
        Ha , les femmes ....


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :